À la Une

Les épidémies au XXIe siècle

Depuis le début du XXIe siècle, plusieurs virus ont émergé, favorisés par les phénomènes de densité de population, de mobilité et de déforestation. Retour sur les récentes épidémies.

Lèpre, diphtérie, peste noire, variole, choléra, tuberculose, grippe espagnole, dengue, sida… La liste des maladies infectieuses, dont certaines font toujours des ravages, ne saurait être exhaustive. Depuis le début du XXIe siècle, plusieurs virus ont fait leur apparition – ou leur retour –, favorisés par la concentration des populations, le développement de la mobilité et la destruction des écosystèmes, laquelle augmente les contacts entre les hommes et les animaux sauvages, réservoirs à virus.

Sras

Le premier virus à avoir marqué le XXIe siècle est le Sras (syndrome respiratoire aigu sévère). Observé en Chine en 2002, c’est aussi le premier coronavirus sorti de son réservoir animal (en l’occurrence des civettes infectées par des chauves-souris) à tuer des êtres humains. Bien que freiné en quelques mois, le Sras, qui est transmissible d’homme à homme par voie aérienne, a eu le temps de se propager dans une trentaine de pays, faisant près de 8 000 malades et 800 morts.

Grippe aviaire (H5N1)

Repérée en 1997 dans des élevages de volaille à Hong Kong, la grippe aviaire est réapparue dans plusieurs pays asiatiques en 2003, entraînant des cas de contamination humaine par des oiseaux d’élevage. En une dizaine d’années, elle a fait plus de 300 morts. Bien que transmissible d’un oiseau contaminé à l’homme, le virus fait l’objet d’une surveillance accrue de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui craint une mutation rendant possible la transmission interhumaine. Bien qu’il n’existe pas encore de vaccin, des antiviraux peuvent être administrés pour la traiter.

Chikungunya

En 2005, c’est au tour du chikungunya de créer un vent de panique. Transmis par certains moustiques, ce virus, qui a été identifié dans les années 1950 en Asie, où il est endémique, fait surface dans l’océan Indien, touchant un tiers de la population à La Réunion. Il se répand ensuite en Europe, dans les Antilles et sur le continent américain. À l’origine de fièvre et de douleurs articulaires intenses, le virus n’a pas de traitement.

Grippe A (H1N1)

En 2009, surgit au Mexique la grippe A (H1N1), dont la transmission se fait par voie respiratoire. Issue d’élevages de porcs, elle se caractérise par des symptômes identiques à ceux de la grippe saisonnière (fièvre, maux de tête, mal de gorge, douleurs musculaires…). Elle aurait fait 18 500 morts dans le monde, dont plus de 300 en France. Sa prévention repose sur le vaccin contre la grippe, et son traitement sur des antiviraux.

Mers-CoV

Après le Sras, c’est le deuxième coronavirus à être mortel pour l’homme. Véhiculé par des dromadaires, ce syndrome respiratoire, dont l’hôte initial est la chauve-souris, fait son apparition au Moyen Orient en 2012. Transmissible entre les hommes par voie respiratoire, il a déjà atteint 2 500 personnes et fait 850 morts. Aucun vaccin ni traitement n’existe à l’heure actuelle.

Ebola

Entre 2013 et 2016, l’Afrique de l’Ouest est touchée par une épidémie d’Ebola, un virus connu depuis près de 40 ans, dont l’hôte initial est une fois encore la chauve-souris, et pour lequel il n’y a pas de vaccin ni de médicament spécifique. À l’origine de fièvre hémorragique, Ebola se transmet par les fluides corporels (sang, salive, urine, lueur, lait maternel, sperme…). Cette flambée épidémique a fait 11 000 morts. Depuis 2018, la République démocratique du Congo affronte une autre épidémie d’ampleur de virus Ebola.

Zika

Transmis par certains moustiques, le virus Zika, qui fut observé en Ouganda en 1947, se manifeste à nouveau en 2013 en Polynésie française, avant de gagner le continent américain. Rarement mortel, il se traduit par des symptômes grippaux, mais aussi, dans certains cas, par le syndrome de Guillain-Barré (une maladie neurologique) et par des malformations cérébrales chez les nouveau-nés. Il n’y a pas de vaccin ni de traitement.

Covid-19

Troisième coronavirus mortel pour l’homme, après le Sras et le Mers-CoV, le Covid-19 est apparu en Chine fin 2019. Un pangolin, infecté par la chauve-souris, en serait le vecteur. Transmissible d’homme à homme par voie aérienne, ce coronavirus s’est propagé dans le monde entier, entraînant le confinement de la moitié de l’humanité. De nombreux essais sont actuellement en cours pour trouver un vaccin.

Pour en savoir plus : Organisation mondiale de la santé (OMS)

5 juin 2020

À propos de l'auteur

Secretariat_General


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
CONTACT

ADPS
Tour Neptune-CC 1932
20, place de Seine
92086 LA DEFENSE Cedex .

adps@allianz.fr
NEWSLETTER

Bien vivre
pour bien vieillir !
Recevez des infos, des conseils et des astuces.