Ondes électromagnétiques : tous aux abris ?
À la Une

Ondes électromagnétiques : tous aux abris ?

Téléphones portables, objets connectés, fours à micro-ondes, bornes Wi-Fi… Les ondes électromagnétiques font partie de notre quotidien. Faut-il s’en inquiéter ? Comment s’en protéger ?

Quelle est la réglementation sur les ondes électromagnétiques ?

Les radiofréquences, émises et reçues par nos téléphones portables et autres objets connectés, sont moins dangereuses que les ondes à haute fréquence (rayons gamma, rayons X).

Mais elles n’en transportent pas moins de l’énergie, dont une partie est absorbée par le corps humain. Une réglementation très stricte a donc vu le jour, basée notamment sur les recommandations de l’Union européenne. Pour les installations radioélectriques, des valeurs limites d’exposition sont fixées pour les antennes-relais de téléphonie mobile, les antennes de radio FM, les antennes TV, etc. Il revient aux exploitants d’antennes-relais de prendre les mesures nécessaires pour éviter que le public ne soit exposé au-delà des seuils requis. Ils doivent s’assurer de l’exposition la plus faible possible dans un rayon de 100 mètres autour des écoles, crèches et établissements de soins.

Quant aux téléphones portables, tablettes et objets connectés, ils doivent respecter un débit d’absorption spécifique (DAS), en dessous duquel il n’y a pas d’effet thermique sur le corps.

Les ondes électromagnétiques sont-elles dangereuses ?

En 20 ans, plus de 3 000 études scientifiques, parfois contradictoires, ont tenté de trancher la question de la dangerosité des ondes. Au vu de cette littérature, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé les ondes radio comme « possiblement cancérigènes pour l’homme ».

De son côté, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) note qu’il n’y a pas d’effets sanitaires avérés, mais que « certaines publications évoquent néanmoins une possible augmentation du risque de tumeur cérébrale, sur le long terme, pour les utilisateurs intensifs de téléphones portables ».

Dans ce contexte, les recommandations de l’Anses dans l’usage du mobile sont les suivantes : recourir au kit mains libres pour les utilisateurs intensifs, privilégier les téléphones dont les DAS sont les plus faibles, et inciter les jeunes à un usage modéré.

Le phénomène d’hypersensibilité électromagnétique

Demeure le cas des personnes souffrant d’hypersensibilité électromagnétique. S’il n’existe pas de critères de diagnostic reconnus, l’Anses a estimé, en 2018, que les symptômes exprimés (maux de tête, troubles du sommeil, de l’attention et de la mémoire, isolement social, etc.) correspondent bien à une réalité. Cependant, aucun lien ne peut être établi, en l’état actuel des connaissances, entre ces souffrances et l’exposition aux champs électromagnétiques, concluait-elle.

Quels outils pour s’informer ?

Chacun peut faire mesurer son exposition aux ondes, que ce soit dans son propre logement ou dans des lieux publics, comme les parcs, commerces, gares et écoles (voir encadré).

Il est également possible de connaître l’emplacement des stations radioélectriques (téléphonie mobile, TV, radio, etc.) les plus proches en se rendant sur le site cartoradio.fr de l’Agence nationale des fréquences (ANFR), qui autorise leur implantation. Plus de 125 000 sites d’émission y sont répertoriés, ainsi que les résultats des mesures effectuées à la demande des particuliers ou des collectivités locales.

Enfin, doit-on recourir aux accessoires anti-ondes pour téléphone portable (patchs à coller derrière le téléphone, oreillettes blindées, etc.), que l’on trouve dans le commerce ou sur internet ? Rien n’est moins sûr. Une enquête menée en 2015 par la Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF) concluait que leurs allégations étaient « majoritairement infondées ». En outre, en empêchant les ondes de passer, le risque existe que le téléphone émette davantage…

Comment mesurer l’exposition aux ondes électromagnétiques ?

1) Remplissez un formulaire de demande.

2) Faites-le signer par un organisme habilité (État, collectivités locales, agences régionales de santé, certaines associations…).

3) L’Agence nationale des fréquences (ANFR) dépêchera un laboratoire accrédité et indépendant, qu’elle rémunérera grâce à une taxe prélevée principalement sur les opérateurs mobiles.

4) Vous et les communes concernées serez informés du résultat, qui sera ensuite rendu public sur cartoradio.fr.

5 conseils pour limiter votre exposition aux ondes

• Ne posez pas de téléphone mobile ou sans fil près de votre lit, ni de baby-phone près du berceau de vos enfants.

• Installez votre borne Wi-Fi ou votre téléphone sans fil dans un endroit peu fréquenté de votre domicile.

• Ne placez pas votre four à micro-ondes à hauteur de la tête de vos enfants. • Évitez de téléphoner en vous déplaçant : votre mobile émet plus fortement afin de trouver l’antenne-relais la plus proche.

• Utilisez le kit mains libres et le hautparleur de votre téléphone mobile, en privilégiant des modèles dont le DAS est faible.

14 août 2019

À propos de l'auteur

Secretariat_General


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
CONTACT

ADPS
Tour Neptune-CC 1932
20, place de Seine
92086 LA DEFENSE Cedex .

adps@allianz.fr
NEWSLETTER

Bien vivre
pour bien vieillir !
Recevez des infos, des conseils et des astuces.