Dyslexie
À la Une

Dyslexie

Patience et confiance, les mots-clés de la dyslexie

Manifestation la plus fréquente des troubles cognitifs spécifiques, la dyslexie se caractérise par une difficulté d’apprentissage de l’écriture. Les méthodes de correction de ce handicap demandent du temps, de l’attention et de la compréhension pour être efficaces.

Entre 3 et 5 % d’élèves dyslexiques

On regroupe sous la dénomination « dys » les troubles cognitifs spécifiques et les difficultés d’apprentissage qu’ils induisent, en particulier au cours de l’enfance. Ces troubles sont innés. Le plus courant, qui touche 3 à 5 % des élèves, est la difficulté d’acquisition du langage écrit, appelée « dyslexie ». Les autres troubles concernent principalement le langage oral (dysphasie), le développement moteur (dyspraxie) et les activités numériques (dyscalculie). Bien que le nombre de personnes atteintes de troubles « dys » soit difficile à évaluer, on estime que ces derniers affectent 6 à 8 % de la population française. Ces troubles ont des répercussions sur la vie scolaire, professionnelle et sociale, et peuvent provoquer un déséquilibre psychoaffectif. Il importe donc de les diagnostiquer, puis de les traiter.

Repérer les dyslexiques

Face à une difficulté d’apprentissage de la lecture de leur enfant, les parents ont pour premier réflexe de penser qu’il ne travaille pas assez, qu’il n’écoute pas suffisamment en classe, qu’il manque de sérieux. D’autant que les enfants atteints de dyslexie sont souvent brillants, d’une intelligence supérieure à la moyenne, qu’ils s’expriment bien à l’oral mais se dispersent, ont du mal à soutenir leur attention et rêvent souvent. D’autres signes, symptomatiques de la dyslexie, vont alors permettre d’en établir le diagnostic. Le dyslexique n’a pas confiance en lui, il présente un niveau de stress élevé face à la lecture et aux contrôles. Lorsqu’il lit ou écrit, il commet des répétitions, des substitutions, des omissions, des inversions. Son orthographe est phonétique et incohérente. Il apprend plus facilement à travers la manipulation, les démonstrations, l’expérimentation, l’observation et les supports visuels.

Accompagner l’enfant dans sa progression

La dyslexie n’est en aucun cas une maladie, il s’agit d’un trouble. Par conséquent, il n’existe pas de remèdes, mais des méthodes pour la corriger. Placés en première ligne dans la mission des apprentissages, parents et professeurs doivent se concerter pour trouver ensemble les solutions les plus appropriées et s’ajuster aux difficultés de l’enfant, tout en mettant en valeur les efforts qu’il fournit. Ils devront faire preuve de patience et accompagner l’enfant dans sa progression, en lui proposant des approches d’apprentissage ludiques, en fractionnant le travail à accomplir, et en évitant de le mettre dans des situations embarrassantes, comme le faire lire devant toute la classe. Une prise en charge rééducative par un orthophoniste peut être nécessaire en complément. Ce n’est qu’avec la combinaison de tous ces efforts – et avec le temps – que l’enfant pourra rentrer dans une boucle vertueuse – apprentissage / regain de confiance / facilité à aborder de nouvelles connaissances – et surmonter peu à peu son handicap.

Si vous êtes dyslexique, racontez-nous votre expérience à l’école et dans le milieu professionnel.

 

12 mai 2017

À propos de l'auteur

Secretariat_General


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
CONTACT

ADPS
Tour Neptune-CC 1932
20, place de Seine
92086 LA DEFENSE Cedex .

adps@allianz.fr
NEWSLETTER

Bien vivre
pour bien vieillir !
Recevez des infos, des conseils et des astuces.