Dépendance
À la Une

Dépendance

Aider les aidants : un devoir et une nécessité

Les aidants non professionnels occupent une place centrale dans l’accompagnement des personnes dépendantes. Les soutenir dans cette lourde tâche n’est pas juste un acte de solidarité, mais une question de bon sens.

11 millions d’aidants

La loi reconnaît la qualité d’aidant à toute personne qui aide de manière régulière, à titre non professionnel, une personne âgée en perte d’autonomie pour accomplir une partie ou la totalité des actes de la vie quotidienne : courses et préparation des repas, ménage, aide à la toilette, tâches administratives, activités de loisir, soutien psychologique… Ces aidants sont aujourd’hui 11 millions à accompagner, au quotidien ou ponctuellement, une personne en situation de handicap ou de dépendance, dont 1,25 million de bénéficiaires de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), parmi lesquels 900 000 sont atteints de maladies neurodégénératives du type Alzheimer ou Parkinson (Chiffres clés de l’aide à l’autonomie, CNSA). Les conjoints représentent 62 % des aidants, les femmes 57 % et les actifs 47 % (Guide Orse / Unaf). Du fait du vieillissement de la population et de l’allongement de l’espérance de vie des personnes malades, le nombre des personnes dépendantes ne cesse d’augmenter. Elles devraient être 2 millions en 2030, entraînant une augmentation importante du nombre des aidants.

Des incidences sur la santé des aidants

Si cette aide permet de faire des économies à la société (le Haut Conseil pour l’avenir de l’assurance maladie a estimé le coût moyen d’une journée d’hospitalisation à domicile à 196 euros contre 703 euros pour une journée d’hospitalisation en établissement), elle constitue souvent une tâche lourde à assumer. Une récente étude de l’association France Alzheimer révèle ainsi que l’aidant d’une personne atteinte de cette maladie lui consacre 6,5 heures par jour de travail effectif ! Le maintien à domicile d’une personne dépendante grâce à un aidant a, dans bien des cas, des incidences sur la santé de ce dernier. Selon l’enquête Handicap-Santé menée en 2008 par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), 29 % des aidants se sentent anxieux et stressés et 25 % déclarent ressentir une fatigue physique et morale. Un constat s’impose : la société se doit d’aider les aidants.

Droit au répit et congés sans solde

La loi de 2016 sur l’adaptation de la société au vieillissement va dans ce sens. Elle a instauré un droit au répit pour les aidants réguliers, qui peut être activé quand le plafond du plan d’aide APA de la personne aidée est atteint. Une enveloppe annuelle de 500 euros vient financer un accueil de jour, un hébergement temporaire de la personne dépendante ou des heures d’aide à domicile. En cas d’hospitalisation d’un proche aidant qui ne peut être remplacé et dont l’aide est indispensable à la vie à domicile, une aide ponctuelle atteignant jusqu’à 992 euros au-delà des plafonds de l’APA pourra également être accordée. Un décret, entré en application le 1er janvier 2017, permet en outre aux salariés de bénéficier d’un congé sans solde de trois mois, renouvelable une fois, pour s’occuper d’un proche en situation de perte d’autonomie. Par ailleurs, de nombreuses associations soutiennent et guident les aidants, comme l’Association française des aidants, qui anime le Réseau national des cafés des aidants, lieux d’échange et de parole, et assure depuis la rentrée 2017 des formations sur les questions liées à l’accompagnement des proches aidants.

 

Retrouvez l’interview de Ronan Louboutin, responsable des offres dépendance au sein du groupe Allianz

 Interview Ronan Louboutin

Vous êtes aidant pour l’un de vos proches ? Livrez-nous votre expérience.

Entreprises solidaires

Les salariés aidants devraient représenter sous peu 25 % des actifs. De grandes entreprises ont d’ores et déjà pris la mesure de ce défi et favorisent leur équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Les collaborateurs aidants de L’Oréal, Danone, Sanofi, Allianz, ou encore du groupe de presse Bayard, peuvent bénéficier de conseils personnalisés via une plateforme téléphonique : démarches administratives, aides possibles, hébergement, services à domicile… Les salariés de l’enseigne Casino, quant à eux, peuvent faire don de jours de congé ou de RTT, versés dans un fonds solidaire disponible pour leurs collègues aidants, que l’entreprise abonde. Allianz vient de mettre en place un dispositif similaire pour ses salariés.

 

2 février 2018

À propos de l'auteur

Secretariat_General


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
CONTACT

ADPS
Tour Neptune-CC 1932
20, place de Seine
92086 LA DEFENSE Cedex .

adps@allianz.fr
NEWSLETTER

Bien vivre
pour bien vieillir !
Recevez des infos, des conseils et des astuces.