La Haute Autorité de Santé énonce les bonnes pratiques en matière « d’Applis Santé » pour mobile
Quoi de neuf ?

La Haute Autorité de Santé énonce les bonnes pratiques en matière « d’Applis Santé » pour mobile

 

Les applications Santé pour mobile offrent de nouvelles possibilités pour améliorer la surveillance des maladies chroniques et permettre au patient d’être plus acteur de sa prise en charge.

Il existe aujourd’hui plus de 50 000 applications pour mobiles spécialisées dans la santé.

Pour séparer le bon grain de l’ivraie, la Haute autorité de santé (HAS), avec le soutien de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) et de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), a publié un référentiel de 101 bonnes pratiques à destination des industriels et des évaluateurs (structures d’évaluation, associations de consommateurs, sociétés savantes médicales) « pour guider, promouvoir l’usage et renforcer la confiance dans les applications et les objets connectés ».

Il a pour but d’améliorer la qualité des Applications pour mobile disponibles sur le marché ainsi que la protection des utilisateurs.

Ce référentiel porte sur les applications et les objets connectés n’ayant pas de finalité médicale déclarée. Il concerne donc tout particulièrement des applications ou des objets connectés ayant un effet potientiel sur la santé sans être un dispositif médical.

Ces bonnes pratiques répondent à quatre conditions : diffuser des informations fiables ; être performantes d’un point de vue technique ; garantir la sécurité et la confidentialité des données personnelles ; et être simples d’utilisation.

La santé mobile offre donc de nouvelles possibilités pour améliorer la surveillance des maladies chroniques et permettre au patient d’être plus acteur de sa prise en charge. Elle pourrait également contribuer au développement de la dimension préventive de notre système de santé. Même si l’adoption par les patients et les professionnels de santé est variable, la notion de médecine personnalisée et de « mesure de soi » est en train de se développer.

Pour l’ensemble de ces raisons, la Haute Autorité de Santé a publié un référentiel de bonnes pratiques sur les applications et les objets connectés en santé. Ce document est disponible à l’adresse suivante : référentiel de 101 bonnes pratiques

 

 

3 mars 2017

À propos de l'auteur

Secretariat_General


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
CONTACT

ADPS
Tour Neptune-CC 1932
20, place de Seine
92086 LA DEFENSE Cedex .

adps@allianz.fr
NEWSLETTER

Bien vivre
pour bien vieillir !
Recevez des infos, des conseils et des astuces.